carr_re

Mon impression reste mitigée cette fois, alors que j'ai beaucoup aimé les autres romans d'E. Carrère.

Au début, E. Carrère part sur les traces du dernier prisonnier Hongrois de la guerre de 39-45, retrouvé dans un asile de fous en Russie.  Cette histoire le ramène à celle de son grand-père disparu, à tous les non-dits de l'histoire familiale, et là c'est passionnant.

J'ai beaucoup moins aimé les intrications avec son histoire amoureuse, ses tourments dépressifs, j'avoue que cela m'exaspérait de le voir s'enferrer dans cette histoire sans pouvoir se prendre en main pour vivre normalement, sans chercher à être heureux.

Disons que je manquais d'empathie pour m'intéresser à ses tourments....dommage.